À chaque famille… une soeur

À CHAQUE FAMILLE… UNE SŒUR

Avant même d'arriver sur le marché du travail, les conflits interpersonnels se manifestent au sein de la famille. Jalousie, malaise intérieur et méchanceté comptent parmi les origines des conflits familiaux.

D'une génération à une autre

Nous n'en avons pas toujours conscience, mais les conflits familiaux se perpétuent d'une génération à une autre. Bien que chaque individu possède sa part de responsabilité dans la bonne entente ou non, il n'en demeure pas moins que les origines des conflits sont souvent extérieures à notre vie actuelle.

Si nous prenions le temps d'observer les relations que notre arrière-grand-mère, notre grand-mère et notre mère ont nourries ou subies, nous serions étonnées de constater que les drames et la division au sein de la famille actuelle ne sont qu'un copier-coller du passé.

Eh oui ! Ces femmes reproduisent ce qu'elles ont vécu sans en être conscientes. Si nous ne faisons pas gaffe, nous serons également prises dans ce même engrenage de répétition et de transmission à nos filles.

Pourquoi ma sœur ?

Malheureusement, les conflits entre femmes sont assez virulents et sans merci. De nombreuses femmes en ont été marquées à vie.

Nos premières relations interpersonnelles sont évidemment au sein de la famille. Si certaines femmes ont été abusées par un père ou un frère, d'autres ont vécu de la méchanceté ou de la jalousie de la part d'une mère ou d'une sœur.

Jeux d'enfants, croyons-nous ? Il n'en est rien. Les relations entre enfants sont garantes d'une personnalité en devenir du futur adulte.

Si notre sœur a été en conflit avec tout un chacun étant jeune, elle le sera encore rendue à l'âge adulte. À la fameuse question : " Pourquoi ma sœur ? " La réponse est fort simple : jalousie et mal-être. C'est fou ce que le malheur peut engendrer !

Le malheur ou le mal-être font naître de l'envie qui peut mener jusqu'à la méchanceté. Chercher à écraser les autres, les mépriser et tenter de les culpabiliser n'est rien d'autre que de la jalousie crasse venant d'une personne toxique.

Les témoins silencieux

Évidemment, la sœur malsaine possède une très grande part de responsabilité dans les relations conflictuelles, mais les témoins silencieux ajoutent à la discorde.

Les parents qui se taisent, les frères et sœurs qui font semblant de ne rien voir et qui ne veulent pas se mêler des " affaires des autres " sont également responsables par leur retrait. Il faut savoir que la manipulatrice se renforcit à travers le silence des autres.

Plus les gens ont peur de la matrone, plus elle gagne du terrain. Avec certaines personnes, nous ne pouvons éviter le conflit à moins de nous laisser marcher dessus et d'accepter d'être humiliées devant tout le monde. Chaque personne qui se tait est responsable de nourrir la méchanceté de la sœur malheureuse.

Comment s'en sortir ?

Bien que la manipulatrice tente de nous isoler en refusant que nous parlions aux membres de la famille, nous devons contrer cela, c'est-à-dire tenter de trouver des alliés au sein de la fratrie.

Si cela n'est pas possible à cause de la lâcheté des autres membres de la famille, il faut simplement songer à se retirer du clan.

Nous devons penser à nous protéger avant tout. Ce qu'il est important de comprendre, c'est que cette sœur malsaine souffre d'un mal-être, d'un malheur qu'elle a créé puisque chacun est responsable de sa vie. Ainsi, rester dans le conflit, demeurer la cible des assauts d'une sœur malsaine, c'est accepter d'être contaminée et détruite.

Afin de réussir à nous épanouir et à prendre notre envol, nous devons nous choisir. Se choisir, c'est dire NON à la maltraitance psychologique et à la culpabilité que le bourreau tente de faire naître en nous.

Ainsi, si nous ne trouvons aucun allié, nous devons tirer notre révérence afin de nous entourer de gens qui nous aiment et nous nourrissent positivement. La vie est beaucoup trop courte pour nous laisser contaminer par des malheureux…

Dernier ouvrage : Comment se protéger contre le bitchage et le harcèlement psychologique et sexuel, Les Éditions Québec-Livres, février 2018..

Procurez-vous mon livre
Comment se protéger contre le bitchage et le harcèlement psychologique et sexuel.

7 commentaires

  1. Jeannine sur 2 novembre 2019 à 10:07

    Super Marthe

    Je vais te suivre à distance.

    Xxx

    • Marthe Saint-Laurent sur 2 novembre 2019 à 10:13

      Merci beaucoup, Jeannine. Bon week-end. xxx

  2. GUILLAUMEY ANNE sur 12 décembre 2020 à 11:31

    Quel merveilleux article, si près de ce que je vis, point par point ! j’aurais pu en écrire chaque mot, paragraphe après paragraphe … je ne suis donc pas folle … La liberté est chère payée mais indispensable pour reprendre un peu de sérénité, au fil des jours, pour se convaincre peu à peu que, non, ce n’est pas moi …

    • Marthe Saint-Laurent sur 12 décembre 2020 à 3:16

      Merci beaucoup, Anne, pour votre précieux commentaire. En effet, la famille est souvent la source première de nos malaises. La coupure relationnelle, puis le détachement restent des valeurs sûres pour notre équilibre émotionnel. Non, vous n’êtes pas folle. La jalousie familiale est bien réelle… malheureusement.

    • Marthe Saint-Laurent sur 28 décembre 2020 à 11:43

      Chère Anne, c’est vrai que ces êtres malsains jouent dans notre tête, notre cœur et notre énergie, c’est pourquoi nous avons l’impression que le problème c’est nous. Je vous encourage à prendre soin de vous en refusant de vous laisser contaminer. Merci pour votre message.

  3. Adeline sur 13 décembre 2020 à 4:48

    Inimaginable qu il faille en plus se pencher sur le problème de ces gens qui vivent et marinent dans leur mal être. Mais fort heureusement cet article aide les victimes de ces comportements odieux. Je vous remercie donc et vais tenter de faire le deuil d une relation résolument sans intérêt aucun. Chaque contact me nuit et la déconfiture est au rv lors de mes élans pour prendre des nouvelles de ce membre de la famille.
    Plus aucun contact. Voilà ce que je peux me réserver de meilleur. Car entourée d amis pacifistes, intéressants, épanouis, en accord avec eux même. C est tellement agréable.
    Merci encore d avoir clarifié le problème.

    • Marthe Saint-Laurent sur 28 décembre 2020 à 11:40

      Merci Adeline. En effet, pour créer une relation il faut être deux et si l’autre n’a pas la volonté de nourrir un lien sain avec nous il vaut mieux se retirer en faisant, comme vous le dites si bien, notre deuil. Nous ne pouvons «vouloir» pour les autres, n’est-ce pas? Il y a tellement de gens intéressants qu’il est inutile de nous rendre la vie misérable avec les malheureux.

Laissez un commentaire