Vivre comme si nos jours étaient décomptés

Vivre comme s’il y avait un décompte… facile à dire! C’est vrai qu’il n’est pas simple d’apprécier ce que la vie nous offre sans rechigner, sans demander davantage ni espérer recevoir d’une façon différente. La période actuelle nous heurte dans nos valeurs, dans notre mode de fonctionnement, mais surtout dans ce que nous tenons pour acquis. À juste titre, les libertés dont nous avons joui depuis plusieurs décennies nous semblaient aller de soi. Pourtant, nous nous apercevons que rien n’est acquis, rien n’est permanent, tout est en mouvance. Ce qui était n’est plus, en même temps que nos projets tombent à l’eau. Les voyages, les vacances, la vie familiale « normale », les relations chaleureuses avec bises et accolades, les communications sans masque ou sans écran, rien n’y échappe. Tout est à revoir.

S'ennuyer d’«avant» 

Plusieurs ressentent de la frustration dans la situation actuelle en clamant que jamais nous ne retrouverons notre vie d’«avant».  D’autres attendent que ça redevienne comme «avant». Que pouvons-nous espérer au juste? Personne ne le sait : scientifiques, médecins, élus, complotistes, journalistes, médiums, le commun des mortels… peu importe nos croyances ou notre volonté, l’avenir reste flou et incertain.

Au fond, il n’y a rien d’intéressant à ressasser le passé sinon nous faire du mal pour rien, en plus de nous empêcher de profiter du moment présent. Il se trouve, qu’on le veuille ou non, des bienfaits dans ce que nous vivons présentement. Et refuser de le voir serait une grave erreur et une entrave au développement sain de notre conscience et de notre évolution.

Nous avons le droit de nous révolter quant à la façon dont les événements se déroulent, de remettre en cause les décisions prises ou d’avouer être à bout du mode de vie qui nous est imposé. Pourtant, nous devons vivre avec ce qui est. Le choix nous revient de nous rendre malades ou de chercher un moyen d’y voir une occasion de repenser notre façon de vivre.

Dans le passé, pendant que nous pleurions en nous disant que nous avions hâte dans cinq ans d’avoir terminé nos études ou dans quinze ans que notre maison soit payée ou dans dix ans d’avoir obtenu notre promotion ou d’avoir connu du succès, avons-nous oublié de vivre pleinement? Ce n’est pas d’atteindre notre but qui est important, mais le parcours pour nous y rendre. Le chemin compte davantage que le but. Qu’apprenons-nous en cours de route? Là réside la beauté. La finale a plus ou moins d’importance.

Vivre pleinement  

Sommes-nous en train de reproduire ce que nous avons fait avant, soit pleurer le passé en anticipant l’avenir avec anxiété? Sur l’un comme sur l’autre, nous n’avons aucun pouvoir, donc aucun contrôle. Nos regrets en pensant à «avant» et nos angoisses par rapport à l’avenir ne sont d’aucun secours. Si nous ne l’avons pas encore appris, eh bien voilà que la vie vient nous offrir une autre chance de l’apprendre.

Même si la situation actuelle n’est pas à notre goût ou qu’elle ne nous est pas favorable, que pouvons-nous faire d’autre que de vivre pleinement ce qui est, en tentant d’améliorer notre vie le plus possible avec ce que nous avons, en considérant qui nous sommes devenus? Toutes ces expériences qui sont nôtres nous ont façonnés, et nous avons changé. Et c’est tant mieux! Quelle direction pouvons-nous emprunter pour nous rapprocher encore plus de ce qui nous ressemble vraiment? Le terreau est tout à fait fertile pour y semer nos graines. Vivre pleinement en ne sachant pas de quoi demain sera fait est l’occasion en or pour oser! Il n’y a rien à perdre, mais tout à gagner.

Voyons cette période comme si nos jours étaient décomptés. Voilà une invitation excitante qui nous pousse à nous dépasser, à nous aligner sur notre essence. Nous devons nous aventurer sur des sentiers qui nous inspirent, mais que nous n’avons jamais osé prendre par peur de l’inconnu. Aujourd’hui, notre avenir est synonyme d’inconnu, alors qu’avons-nous à perdre? Rien, sinon une nouvelle aventure où nous serons plus près de notre être. La période actuelle se nomme OSER.

Vivre pleinement, c’est vivre à fond, c’est accepter ce qui est en tentant de garder le cap dans notre vie émotionnelle, relationnelle et financière. Si nous croyons à cette sagesse que rien ne nous est donné pour nous détruire mais pour grandir, nous serons en mesure d’observer ce qui se joue présentement à l’intérieur de nous. Vivre pleinement, c’est comprendre les messages derrière les changements qui nous visitent, peu importe que ces derniers vêtissent l’habit de l’épreuve, du déséquilibre, de la perte ou de l’insécurité : sans changement il n’y a pas de changement. La période nous oblige à changer.

Demeurer dans un état stoïque, c’est abdiquer; nous adapter, c’est rebondir pour aller encore plus loin. Notre créativité est sollicitée plus que jamais elle ne l’a été dans notre vie jusqu’à maintenant. Le temps est venu de vivre pleinement et surtout sans regret. Profitons de cette période trouble pour revoir nos valeurs intrinsèques, nos intérêts réels, nos aspirations profondes et vivons comme si nos jours étaient décomptés. Profitons de notre vie maintenant sans rien attendre de l’avenir!

Cover-les saveurs de la tentation

LES SAVEURS DE LA TENTATION 

La vie n'a pas été tendre envers Aurélie. Les souffrances et les déceptions passées ont convaincu la brillante publicitaire de ne plus se laisser prendre au piège de l'amour. C'est en Provence qu'elle retrouve Bastien, un ami de longue date, passionné de bonne cuisine. Le fougueux chef s'efforce de raviver la flamme intérieure de la cinquantenaire. Mais les cicatrices d'Aurélie sont encore bien visibles. Parviendra-t-elle à surmonter ses blessures? Succombera-t-elle au charme de Bastien?

Pour vous procurer le livre de Marthe, CLIQUEZ ICI !

Laissez un commentaire