MSL-impression-devenir-folle

Combien de fois dans une journée avez-vous ressenti cette impression de profonds malaises ? Combien de fois avez-vous partagé à une amie : « J’ai l’impression de devenir folle ». Cette sensation de perte de contrôle sur vous, sur vos émotions et sur votre volonté est le signal clair que quelqu’un joue dans votre tête. Une tierce personne a pris le contrôle de votre cerveau. Vous n’êtes pas folle, mais vous êtes en danger et si vous persistez dans cette relation, il est possible que vous deveniez réellement folle un jour, car vous aurez perdu votre identité.

Dès le moment où vous ne vous sentez plus vous-même, où votre petite voix vous dicte que quelque chose cloche dans ce que vous entendez ou percevez, sachez que votre petite voix a raison. Il ne s’agit pas d’hallucinations, mais bien de pressentir qu’il n’y a plus d’harmonie entre ce que vous faites et qui vous êtes. Si les débuts de votre relation étaient empreints de beauté, de douceur et de cadeaux en tous genres, mais que la vie actuelle n’est que dépréciation et réprimandes, c’est que vous habitez avec un manipulateur ou que vous en fréquentez un.

Ils sont plein de ressources et de ruses afin d’arriver à leurs fins en déjouant habilement vos doutes. Si vous avez tentez de parler à la personne qui est à l’origine de votre conflit intérieur et que celle-ci ne trouve rien d’autre à vous dire que de vous rendre responsable de vos émotions, alors cessez de vous confier à elle. Une des nombreuses techniques utilisées par un manipulateur consiste certainement en conversations qui tournent en rond. Lorsque vous posez une question et qu’il vous en retourne une autre, il gagne du temps. Lorsque vous vous exprimez le plus honnêtement possible et qu’il biaise le sujet ou ridiculise votre ressenti, sachez qu’il ne vous respecte pas. Lorsque vous tentez de lui parler et qu’il vous fait sentir coupable en vous disant que vous n’appréciez pas tout ce qu’il fait pour vous, il vous manipule en vous affaiblissant. Un jour, il vous fera croire que tout est de votre faute… si ce n’est déjà fait.

Dans tous ces cas précis, vous devez, non pas vous taire, mais trouver une autre personne qui vous écoutera sans vous juger et qui vous aidera. S’il vous plait, n’allez surtout pas vous livrer à quelqu’un de son entourage. Son réseau d’ami ou familial est aussi contaminé que lui. S’il reste dans votre entourage une amie, car un ami c’est peu probable, les manipulateurs mentant et trompant à tour de bras ils imaginent que vous en faites autant, et ils ont tôt fait de couper tous vos contacts amicaux avec le sexe opposé, n’hésitez pas et tournez-vous vers cette amie ou un membre de votre famille.

Si vous croyez que vous devenez folle c’est que vous avez la conviction que :

  • Le malaise que vous vivez à l’intérieur de vous provient de vous uniquement
  • Vous êtes exigeante et injuste
  • Vous ne savez plus ce que vous voulez
  • Vous n’allez jamais bien et vous n’êtes jamais satisfaite de ce qu’on vous offre
  • Vous ne méritez rien de mieux que ce que vous vivez présentement
  • Vous pleurez plus souvent que vous ne riez
  • Votre mal à l’âme grandit
  • Vous n’avez plus de vie à part la sienne
  • Votre cercle d’amies se rétrécie car personne n’est assez bon à ses yeux
  • Vous êtes isolée car en décalage avec le reste du monde

Les cinq premiers énoncés sont faux, mais les cinq derniers sont vrais.

Vous croyez que tout le monde voit clair dans le jeu du manipulateur, mais ce n’est pas le cas. Ils sont tellement habitués à déjouer, à tromper tout le monde que seul un œil averti peut les détecter et cet œil appartient à quelqu’un qui a vécu sous l’emprise de la manipulation.

Un jour, je tente de contacter un client avec qui j’avais signé un nouveau contrat. Je me doutais un peu de son tempérament agile et malsain, mais sa conjointe me semblait tellement épanouie et amoureuse j’avais fini par adoucir mon pressentiment. Ce jour-là, alors que j’appelle chez lui sa conjointe me répond qu’il est absent. Je lui demande de lui laisser le message de me rappeler lorsque je l’entends pleurer. Je lui demande ce qu’elle a. Elle me répond que ça ne va pas du tout avec son conjoint et qu’elle croit qu’elle est devenue folle, car elle ne sait plus ce qu’elle veut.  

À ces paroles – dans un premier temps, je l’ai rassurée qu’elle n’était pas folle –, j’ai compris dans quel merdier elle était, ce qui confirmait mon intuition. Je l’ai fait parler de ce qu’elle vivait et, en effet, tous les signes de la violence psychologique étaient présents. À toutes mes questions, elle répondait par l’affirmative. Puisque je ne la connaissais pas, je l’ai simplement invitée à sortir de la maison pour partager quelques jours chez des amies et à passer outre le désaccord de son conjoint. Ce qu’elle a fait. Elle devait prendre de la distance pour y voir plus clair. Quelques semaines plus tard, nous avons été suffisamment amies pour que je puisse lui dire qu’elle était en danger et qu’elle habitait avec un manipulateur qui lui jouait dans la tête. J’ai cessé de travailler avec ce client. J’ai assisté ma nouvelle amie à chaque étape de ses nombreuses séparations jusqu’à ce qu’elle soit assez forte pour ne plus retourner avec lui.

Laissez un commentaire