Un homme achète la solidarité féminine

Business people doing handshake after agreement

Les Salons du livre nous révèlent tant sur nos écrits, sur nous, sur les relations interpersonnelles en éternelle mouvance. Un geste d’amour m’a interpellée… bien au-delà de la vente d’un de mes livres.

Un homme s’intéresse à mon livre Choisir la solidarité féminine

Salon du livre de Québec, samedi après-midi alors que la foule se déplace difficilement entre les différents stands, un homme dit à son amoureuse : « Regarde ce livre, Choisir la solidarité féminine, c’est bon pour toi qui travaille dans un centre pour femmes. » Ce à quoi la femme a répondu : « Ah, bien oui ! » Devant l’indifférence de sa partenaire, il a pris le livre pour lire la quatrième de couverture avant de le lui placer entre les mains. Je regardais ce geste rempli d’amour et je ne pouvais m’empêcher de penser que cet homme s’intéressait davantage à la profession de son amoureuse qu’elle-même.

Un cadeau surprise

Mon étonnement fut total quand j’ai observé le manque d’intérêt de la femme devant ce sujet. C’est avec un désintérêt complet qu’elle a considéré mon livre avant que son amoureux le lui retire des mains en lui disant : « Je te l’achète, je te fais un cadeau. Tu pourras l’apporter au centre pour femmes, je suis certain que cela leur plaira. » .

À cela, j’ai ajouté mon offre de conférences sur le sujet. L’homme a pris ma carte professionnelle avant d’aller payer mon livre. Étonnée devant l’élan de générosité de cet homme, j’ai exprimé la chance que nous avions, nous les femmes (certaines), d’être appuyées dans notre travail, nos combats, nos convictions par notre amoureux.

Échanges disparates

Étonnamment, la dame m’a parlé de son ex-mari avec qui elle avait subi de la violence verbale et psychologique durant 23 ans. Après plusieurs années de séparation, elle a rencontré cet homme rempli de douceur et d’attention. La réussite de ces trois ans d’union reposait sur la cohabitation séparée selon elle. Jamais il n’a été question de son travail pour le centre de femmes. Puis, j’ai dédicacé le livre et ils sont repartis main dans la main.

Qu’en penser ?

De manière générale, tout auteur aime savoir que son livre aidera ses lecteurs. Selon le sujet de l’ouvrage, le type de livre et la personnalité de l’auteur, il fait plaisir de savoir que les propos apporteront une compréhension nouvelle, une ouverture d’esprit, des pistes de solutions et autres. Ainsi, au-delà de la vente de mon livre, ma joie était mitigée quant à l’intérêt peu manifesté par la dame comparé à l’enthousiasme de l’homme. J’étais mi-figue mi-raisin en considérant leur passage, mes émotions restaient perplexes..

Après plusieurs minutes de réflexion, j’ai décidé de ne pas tirer de conclusions dans le sens où les hommes se sentent davantage interpellés par les saines relations entre femmes que les femmes elles-mêmes. Ainsi, j’ai choisi de nourrir simplement l’idée qu’il s’agissait là d’une belle manifestation d’amour d’un homme pour la profession de son amoureuse. Cela m’a fait plaisir de croire que j’aurais au moins un lecteur pour cet ouvrage vendu.

Bonne lecture

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest